jeudi 5 janvier 2017

Dans les pas de Cendrillon

 

Dans les pas de Cendrillon est un documentaire passionnant qui traite du célèbre conte, de ses origines, de ses interprétations ainsi que de ses diverses adaptations.
Il est disponible en replay sur le site d'Arte jusqu'au 8 janvier et je le conseille vivement à tous les amateurs de contes de fées : http://www.arte.tv/guide/fr/067117-000-A/dans-les-pas-de-cendrillon

Vous y apprendrez notamment que la première version de Cendrillon est chinoise et date de 850.
Cendrillon épousera le prince non pas grâce au coup de baguette d'une bonne fée mais parviendra à atteindre son destin par l'intermédiaire d'un poisson. En Chine, la petite chaussure symbolise, entre autres, l'harmonie dans les rapports amoureux.

On y évoque également le symbolisme des cendres qui représentent le deuil. En effet, Cendrillon porte le deuil de sa mère dans un monde qui semble l'oublier. Elle est gardienne de sa mémoire et va devoir se libérer de ce deuil pour grandir. En ce sens, le conte évoque avant tout le désir de vivre.

La dimension sociale du conte est également mise en relief. Le parcours de Cendrillon qui passe de l'âtre et de la cendre au mariage royal a nourri de nombreuses adaptations dont Sabrina de Billy Wilder avec Audrey Hepburn dans le rôle-titre. Il s'agit là d'une satire des classes supérieures américaines et le coup de baguette magique, c'est Paris !


Dans le conte de Perrault, la deuxième morale est assez mordante car il rappelle qu'un tel destin ne peut se réaliser sans une bonne marraine influente (à la cour) ...

C’est sans doute un grand avantage, 
D’avoir de l’esprit, du courage, 
De la naissance, du bon sens, 
Et d’autres semblables talents, 
Qu’on reçoit du ciel en partage ; 
Mais vous aurez beau les avoir. 
Pour votre avancement ce seront choses vaines, 
Si vous n’avez, pour les faire valoir. 
Ou des parrains ou des marraines.

Dans le conte des frères Grimm, une grande importance est accordée à la nature. En effet, Cendrillon plante sur la tombe de sa mère un rameau de noisetier. Il grandit et devient alors un arbre qui console Cendrillon à chaque fois qu'elle ressent du chagrin. Elle s'adresse au noisetier qui lui apporte ce dont elle a besoin par l'intermédiaire d'oiseaux.

(lien)

Toutefois, l'objet le plus féerique du conte reste la pantoufle qui ne se transforme pas après minuit. 
Le prince, à travers cette pantoufle, recherche son âme sœur, l'amour unique.
D'ailleurs, saviez-vous que Cendrillon ne se rend pas toujours au bal ? Dans certaines versions, elle se rend à la messe et doit partir avant le dernier évangile. Autant vous dire que je préfère largement le romantisme du bal.


Ce qui m'a semblé le plus fort dans ce documentaire, c'est l'idée que Cendrillon est avant tout un conte du désir de vivre, qui amène les être à sortir de leurs frontières ...

4 commentaires:

Pedro (Pan Rabbit) a dit…

Il faut vraiment que j'aille voir ce que j'ai manqué du documentaire. J'ai aussi connaissance d'une version egyptienne, avec un ibis qui déposait à Pharaon une sandale appartenant à une princesse d'une autre contrée... s'en suivait tout un voyage du pharaon pour trouver à qui irait le soulier si petit!
Cett histoire de messe me rappelle un conte russe appelé "La plume de Finist fier Faucon" : un père partait en voyage et devait rapporter des cadeaux à ses filles. Les ainées, cupides et perfides, demandaient des robes et des onguents, et la cadette un objet magique appelé "la plume de Finist Fier faucon", qui lui permettait d'exaucer des voeux. Alors qu'elle était la souillon de la maison, la plume magique lui permettait d'obtenir une superbe robe et coiffe de princesse pour se rendre à la messe où personne ne la reconnaissait :)
Ces correspondances entre contes me fascinent, je dois dire!

Anonyme a dit…

en effet ce documentaire semble très intéressant et tu en parles très bien !
merci !
vb

Milly a dit…

Bonjour à toi! :) Quel dommage, la vidéo ne passe pas ici. Par contre, il reste le texte. Les contes sont toujours étonnants de par leurs âges, leurs évolutions.. C'est presque le jeu du téléphone.
C'est toujours intéressant d'en connaître les origines et encore, on ne peut s'empêcher de se demander si c'est bien la plus vieille origine? Ce qui m'enchante aussi, c'est de réaliser que le merveilleux dure depuis la nuit des temps! :D

SousLesLilas a dit…

Merci Pedro pour ces précisions. C'est très intéressant, en effet. J'espère que tu as pu voir le documentaire dans son intégralité.

Merci VB ! Oui, il était passionnant ! :-)

Milly, je partage entièrement ton avis ! Que ferions-nous sans le merveilleux ? ;-)