dimanche 22 juillet 2012

Miracle en Alabama (The Miracle Worker), Arthur Penn

Enfermée dans un monde effrayant de silence et d'obscurité, Helen Keller, à 7 ans, est une enfant solitaire qui n'a jamais vu la lumière du soleil, entendu la voix de sa mère ou pu exprimer le moindre sentiment. Arrive alors de Boston, Annie Sullivan, une jeune institutrice de 20 ans. Ayant elle-même récemment retrouvé la vue, Annie parvient à entrer en contact avec Helen par le pouvoir du toucher, le seul outil qu'elles ont en commun. Elle guidera alors son audacieuse élève dans un voyage miraculeux vers le bonheur et la lumière. 


Miracle en Alabama est un film puissant et bouleversant mené par deux actrices absolument incroyables : Anne Bancroft dans le rôle d'Anne Sullivan et Patty Duke dans celui d'Helen Keller (toutes les deux oscarisées pour ce film). 
J'ai rarement vu un jeu aussi fort et poignant. Helen est une enfant sauvage, ignorante et surtout incomprise. Isolée dans les ténèbres, elle se débat avec rage et violence. Personne ne parvient à communiquer avec elle jusqu'à l'arrivée d'Anne Sullivan, sa libératrice. 
Une lutte acharnée commence alors entre les deux protagonistes. Comment entrer en contact avec Helen? Comment l'aider à s'exprimer autrement que par les coups et la colère? Comment lui faire comprendre que le toucher, le langage des signes au creux de la paume de sa main la guideront vers la lumière? 
Helen résiste férocement, habituée à ne jamais être contrainte. 
Lorsque la famille déjeune, elle picore dans chaque assiette, à sa guise. Anne refuse et veut la contraindre à s’asseoir à table devant sa propre assiette et ses couverts. Elle demande à la famille de quitter la pièce puis se bat contre l'enfant hostile avec une détermination fascinante, jusqu'à épuisement. 
Elle comprend alors qu'elle doit quitter la famille, enlever l'enfant de ses parents pour avoir l'influence nécessaire à l'éclosion d'Helen. 
En quelques semaines, elle parvient, peu à peu, à l'éveiller et à la faire communiquer.
La scène finale montrant la révélation d'Helen, les mains sous l'eau, est absolument magistrale. 


Ce film est un chef d'oeuvre et s'il vous donne envie d'en savoir plus sur Helen, je vous conseille les livres suivants : 

- La métamorphose d'Helen Keller de Margaret Davidson chez Folio Cadet (à partir de 8 ans) 
- L'histoire d'Helen Keller de Lorena A. Hickok chez Folio Junior 
- Sourde, muette, aveugle histoire de ma vie d'Helen Keller 


 (Helen Keller et Anne Sullivan)

4 commentaires:

summerday a dit…

Je crois que tu avais déjà parlé de cette histoire, sur le forum ou lorsque l'on s'était vues. J'ai l'impression d'avoir lu ce roman lorsque j'étais plus jeune. J'ai le souvenir d'une fillette coupée du monde qui retrouve contact grâce à une éducatrice. Ce doit être l'histoire d'Helen Keller.

Milly a dit…

Je ne savais pas que c'était Patty Duke qui jouait Helen Keller. Quel beau film en effet. De beaux souvenirs d'enfance à écouter ce film avec ma soeur. Longtemps je l'ai confondu avec un autre, c'était une petite fille sourde et muette qui se faisait violer, le roman existait aussi et c'était un film noir et blanc. J'ai lu ce livre dans les années '60.. Il faudrait que je le retrouve. Merci pour ce beau billet et les référence de livre, je vais surement en choisir un! :)

Anonyme a dit…

quel moment ce doit être que de regarder ce film torturant mais tellement humain ! La véritable photo d'Helen et Anne est émouvante !
France Inter, ce matin, diffusait une émission qui traitait du toucher. L'unique moyen de communication perçu de tous et jusqu'au bout de la vie, une caresse sur la main véhicule tant de sentiments, d'amour et de mots qui soulage les maux
vb

Jo a dit…

@Summerday : Oui, j'en avais parlé pendant les vacances! Quand on jouait au baccalauréat! ;)
@Milly : Helen Keller est un personnage fascinant et ce film est de toute beauté. Il existe d'autres films sur sa vie mais qui ne semblent pas avoir cette force.
@vb : J'aime aussi beaucoup la photo d'Helen et Anne. Très émouvante, c'est vrai. Il faudra que tu voies ce film, tu l'aimeras c'est certain!