jeudi 9 juin 2016

Les sœurs Brontë, au nom du père, du frère et de l'esprit - Stéphane Labbe


Quelle lecture plaisante et instructive que celle des Sœurs Brontë, au nom du père, du frère et de l'esprit de Stéphane Labbe ! Et quel bonheur de retrouver Haworth, de partager le quotidien et les états d'âme de Charlotte, Emily et Anne sous la plume de l'auteur qui nous transmet toute sa passion pour cette famille au génie si mystérieux.


Cette biographie présente un évident intérêt documentaire mais elle est aussi un récit enthousiasmant à suivre, au style limpide qui nous transporte avec pudeur et délicatesse dans l'univers si inspirant de la famille Brontë.

Grâce à ce nouvel ouvrage, j'ai enfin pu faire la connaissance d'Anne, la cadette réservée dont j'ignorais presque tout et que l'auteur qualifie de discrète, timide, quasiment mutique.
Anne semble rencontrer des difficultés à trouver sa place au sein de la fratrie, coincée entre deux sœurs et un frère aux caractères affirmés. Sa fragilité m'a beaucoup touchée mais aussi et surtout sa force, son courage et son talent qui n'a malheureusement pas toujours été reconnu à sa juste valeur. Charlotte, elle-même, sous-estime l'oeuvre de sa sœur. Et pourtant, avec La Dame de Wildfell Hall, la gentille Anne (expression utilisée par une amie de la famille) est à l'origine d'un roman plus qu'estimable, dans lequel l'art d'Anne Brontë s'inscrit davantage dans le prolongement des récits satiriques de Jane Austen que dans la tradition romantique.
Charlotte n'en voit que pour Emily qui la fascine et dont elle pressent le génie. Comme dans une tragédie racinienne, Charlotte aime Emily qui aime Anne qui admire Charlotte. Anne et Emily sont si proches l'une de l'autre que Charlotte se sent à l'écart et regrette de ne pas pouvoir partager davantage avec Emily. Charlotte apparaît comme profondément torturée et rongée par un besoin de reconnaissance très fort, de son père notamment.
Ce que je retiens le plus chez Emily, c'est son amour des moors, de la nature en général et des animaux. Seule ou en compagnie d'Anne puis de Branwell, Keeper sur les talons, Emily sillonne les moors. Elle aime de tout son être cette région désolée, ces terres tantôt arides, tantôt marécageuses d'où les fermiers tirent avec les plus grandes difficultés leur substance. Elle aime la vie qui s'y dissimule, renards, rongeurs, faisans, corbeaux et coqs de bruyère. Elle n'a de cesse de scruter les signes de ces existences furtives et transforme le hangar à tourbe derrière le presbytère en infirmerie pour animaux blessés. Outre Keeper, elle a recueilli le faucon Hero, les oies Adelaïde et Victoria. Son enfance s'est enchantée des soins prodigués aux divers oiseaux blessés qu'Anne et elle tentaient de soustraire aux mauvais traitements de l'impavide nature.

Sur les landes de Haworth, Emily est partie à la conquête de son âme, indifférente à la gloire et au bourdonnement des critiques. Et c'est bien son âme qu'elle a placée dans ce roman étrange (Wuthering Height) et dans ses poèmes.

Enfin, j'ai également découvert le rôle essentiel qu'a tenu Tabitha Aykroyd, la gouvernante, au sein du foyer familial. Sa bonté et sa bienveillance la rendent terriblement attachante. Les histoires et contes qu'elle rapporte aux enfants Brontë contribueront grandement à alimenter leur imaginaire.

Je ne peux que vous conseiller la lecture de cet ouvrage tant j'y ai appris de nouvelles informations et anecdotes passionnantes sur les Brontë. L'auteur retrace de manière vraiment efficace le parcours de cette étonnante famille, le difficile accès à l'indépendance et à la reconnaissance, la vie scandaleuse de Branwell mais également ce qui a inspiré les trois sœurs dans la création de leurs romans sans oublier leurs écrits de jeunesse (et leurs mondes imaginaires Angria et Gondal).

N'hésitez pas non plus à vous procurer le magazine de L'Ecole des lettres n°5 de 2011-2012 qui traite des Hauts de Hurle-Vent. (J'en avais parlé brièvement ici)

(lien)

(Les sœurs Brontë, au nom du père, du frère et de l'esprit, Stéphane Labbe, Au Diable Vauvert collection A 20 ans)

4 commentaires:

Milly a dit…

Ton billet ne peut que me convaincre de lire ce livre. J'aime beaucoup de qu'a écrit Anne. J'ai aimé Agnès Grey, La recluse... et Le professeur. C'est un livre que je note absolument. Je suis curieuse d'en connaître davantage sur Anne. Justement, les personnes très intérieures cachent souvent des trésors au fond d'elles-mêmes! :)

FondantGrignote a dit…

Je viens de le voir sur un autre blog à l'occasion du Mois Anglais 2016 et ton billet me conforte dans l'idée de me procurer cet ouvrage très tentant !! d'autant plus que j'aime beaucoup les biographies en ce moment !

Pedro (Pan Rabbit) a dit…

J' ai toujours eu une certaine fascination pour Anne, qui avait cette aura sauvage et quasi mystique. J' ai aussi lu un ouvrage sur les soeurs Brontë cette année, consacré à l' année qu' elles ont passé en Belgique comme enseignantes dans un pensionnat dont Charlotte s' était éprise du directeur. :)

SousLesLilas a dit…

Alors n'hésite pas à te procurer cet ouvrage ! Il est très bien écrit et son auteur est un passionné ! :-)

A bientôt Pedro !