vendredi 10 février 2012

Gatsby le Magnifique, F. Scott Fitzgerald


Nous sommes au lendemain de la Grande Guerre, le mal du siècle envahit les âmes, c'est l'époque de la Prohibition et des fortunes rapides. En 1922, Jay Gatz, désormais Gatsby, se retrouve fabuleusement riche. Personnage mystérieux installé à Long Island dans une somptueuse propriété, mille légendes courent sur son compte. Elles n'empêchent pas les gens chic, et moins chic, de venir en troupes boire ses cocktails et danser sur ses pelouses.
Gatsby le Magnifique joue la carte de l'éblouissement et des folles dépenses comme un appât pour ramener à lui Daisy, mariée à Tom Buchaman, un millionnaire qui, à la différence de Gatsby, n'a pas gagné sa fortune, mais en a hérité.
Le jour où l'espoir de reconquérir sa bien-aimée s'évanouit, la fête prend fin brutalement...

Gatsby le Magnifique est un chef-d'oeuvre et il me serait bien difficile de faire part de mes émotions à cette lecture. 
L'atmosphère mystérieuse et envoûtante m'a emportée dès la première page. Tout apparaît éphémère, excessif et illusoire. L'ostentation est de mise et la fête bat son plein mais elle s'arrête brutalement et la vie de Gatsby bascule. Les personnalités lâches et cruelles se dévoilent.
Les éclats de rire et les airs de Jazz s'estompent laissant la marche funèbre envahir peu à peu le jardin de Gatsby le Magnifique...

Près de cinq ans! (de séparation) Et par moments peut-être au cours de cet après-midi Daisy s'était-elle montrée  inférieure à ses rêves - mais elle n'était pas fautive. Cela tenait à la colossale vigueur de son aptitude à rêver. Il l'avait projetée au-delà de Daisy, au-delà de tout. Il s'y était voué lui-même avec une passion d'inventeur, modifiant, amplifiant, décorant ses chimères de la moindre parure scintillante qui passait à sa portée. Ni le feu ni la glace ne sauraient atteindre en intensité ce qu'enferme un homme dans les illusions de son coeur.
 

4 commentaires:

Emjy a dit…

"Ni le feu ni la glace ne sauraient atteindre en intensité ce qu'enferme un homme dans les illusions de son coeur".
Quelle phrase quand même ! Et elle sonne tellement juste ...

Milly a dit…

Un superbe billet! Je connais de titre et de l'auteur, mais c'est la première fois qu'on m'en parle dans le détail. Ça semble plein de mystères.

Léodagan a dit…

J'ai vu que ce livre n'a pas connu le succès lors de sa sortie et aujourd'hui c'est un des piliers de la littérature américaine, comme quoi des chefs d'oeuvre sont parfois incompris. As tu vu le film avec Robert Redford?

Jo a dit…

@ Emjy : Tout est si beau dans ce roman et d'une telle sensibilité!
@ Milly : Merci Milly! N'hésite pas à découvrir cette histoire, tu ne seras pas déçue!
@ Léodagan : Oui, j'ai vu le film et j'ai été très déçue. C'est une adaptation fidèle dans les faits mais je n'y ai pas retrouvé toute la force et la violence du roman. J'attends donc l'adaptation de Baz Luhrmann avec impatience!